Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue

  • : Regards
  • Regards
  • : Le titre de ce blog est "regards". Regards sur le monde, regards sur les autres, sur les amis, sur les êtres qui marquent ma vie, sur les laissés pour compte anonymes qui meurent de notre indifférence et ne survivent que de notre regard.
  • Contact

En passant...

ami(e)s ont visité ce blog depuis le 16 Juillet 2006 ! Merci à tous de passer me voir de temps en temps :-) !
1 avril 2010 4 01 /04 /avril /2010 18:26

Déjà une gageure de savoir son nom. Il ne parle pas français, Sergueï. Encapsulé dans une encoignure de porte ou assis devant la vitrine du Franprix ou encore posté près de l'entrèe du garage souterrain, il ne bouge quasiment pas. A ses pieds, chaussés de gros croquenots en skaï façon cuir, un sac en plastique avec, le plus souvent, un sandwich acheté par un de ses anges gardiens, une bouteille de rosé, quelques fruits. Hiver comme printemps, il est là, attendant on ne sait quoi, le sait-il lui-même? Après une conversation patchwork en franco-anglo-allemand, les gens du quartier ont fini par apprendre qu'il était russe. Il conserve précieusement un porte document noir avec, dedans, des liasses de papier à en-tête de la République. Attestation, autorisation, jugement d'expulsion, levée d'écrou, tout y passe, de cette pauvre vie tournée vers rien de particulier.

Sergueï attend

On a appelé le 115, par les nuits de grand froid. Après 15 minutes de répondeur,  le 115 décroche:

- Le 115, bonsoir.

- Bonsoir, il y a un type qui dort dans la rue. Il va crever de froid.

- OK, on note. Où est-il?

- A l'angle de la rue des oiseaux et de l'avenue Nicolas Hulot.

- Bien, on y fera passer la tournée de ce soir.

- Amenez un interprête russe. Il ne comprend rien et on ne sait pas ce qu'il veut.

- Russe? OK.

Deux mois plus tard, Sergueï est toujours là. Des âmes bien intentionnées lui ont parlé de l'ambassade de Russie. Segueï a fait: niet! niet! en agitant les bras. D'autres lui ont parlé de l'église russe. Pas son truc non plus.

Un jour, forcément, Sergueï partira. Personne ne saura où, et comme il ne connait personne, il s'effacera de la vie du quartier comme un peu de buée sur une fenêtre.

Il respirait le même air que tout le monde. Un des rares trucs gratuits qu'il pouvait se payer...

 

'c) Musefabe 2010.Contes pour le jour d'après. 

Partager cet article

Repost 0

commentaires