Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue

  • : Regards
  • Regards
  • : Le titre de ce blog est "regards". Regards sur le monde, regards sur les autres, sur les amis, sur les êtres qui marquent ma vie, sur les laissés pour compte anonymes qui meurent de notre indifférence et ne survivent que de notre regard.
  • Contact

En passant...

ami(e)s ont visité ce blog depuis le 16 Juillet 2006 ! Merci à tous de passer me voir de temps en temps :-) !
31 août 2010 2 31 /08 /août /2010 22:40

La sonnette aigrelette retentit vers 23 heures. Madeleine se leva de son fauteuil où elle s'était endormie comme chaque soir en faisant ses mots croisés. Qui diable pouvait bien se présenter à une heure pareille? Malgré ses quatre-vingt ans, Madeleine se dirigea à petits pas alertes vers la porte d'entrée.

- Qui est là? fit-elle d'une voix qu'elle voulût assurée.

- Vous êtes bien Madeleine Champoux?

A travers le juda qui déformait les visages en leur donnant l'air de grosses baudruches, Madeleine aperçût une espèce de livreur en salopette fluorescente et, derrière lui, un énorme camion.

- Oui, c'est moi. Que voulez-vous? fit la vieille dame.

- C'est la livraison. Je sais, je suis un peu en retard.

L'homme battait la semelle devant l'entrée. Faisait pas chaud.

- Je n'attends rien ni personne. Passez votre chemin!

Madeleine sentit qu'elle avait été bien inspirée de ne pas ouvrir à ce type, qui était certainement un cambrioleur.

- Madame Champoux, je vous en prie! Je dois livrer!.

Le ton n'était pas agressif pour deux sous. L'homme semblait réellement ennuyé. Madeleine se radoucit quelque peu. Elle poursuivit, rassurée par l'écran de la porte blindée de son petit pavillon.

- Mais qu'est-ce-que vous devez livrer?

- C'est derrière, sur le camion.

Le véhicule était un semi-remorque rutilant, portant un container de couleur rouge sur une plate-forme munie d'une petite grue. Madeleine se décida à entrebailler la porte, tout en conservant la chaîne de sécurité. Elle avisa le chargement.

- Mais c'est monstrueux! Qui m'envoie ça?

Le livreur sortit de sa veste une sorte de tablette de marbre. Il déchiffra une série de caractères en s'aidant d'une lampe de poche.

- Je lis "Gustave Champoux", fit-il le plus sérieusement du monde.

Madeleine fut saisie d'un vertige et  un frisson glacial la parcourut. Puis, elle se reprit péniblement.

- Gustave était mon mari. Il est mort il y a dix ans. Qui êtes-vous à la fin? Arrêtez cette stupide plaisanterie ou j'appelle la police!

- Je vous assure que ce n'est pas ce que vous croyez, Madame. C'est écrit là!

L'homme approcha la tablette de la porte et Madeleine pût voir de ses yeux le nom de Gustave, artistement gravé sur la pierre. A côté, figuraient en lettres cursives l'adresse de livraison et la nature du colis: un container. Mais de quoi?

- D'où venez-vous? demanda la vieille dame de plus en plus perplexe.

- La route a été longue, répondit le livreur.

Madeleine se dit qu'il avait fait ses études chez les jésuites. Elle se décida enfin à ouvrir la porte en grand et à sortir sur le perron. Après tout, si le bonhomme devait l'estourbir, autant que ce soit simple et direct. Il n'en fut rien. Il demanda simplement où il pouvait déposer le container rouge. De guerre lasse, Madeleine lui indiqua l'allée qui menait au garage. Aussitôt, le livreur manipula la grue d'une pain experte et le caisson métallique atterrit sur la gravillons avec un crissement doux.

- Veuillez signer là, s'il-vous-plaît.

Madeleine saisit des mains de l'homme une sorte de petit burin. A sa grande stupéfaction, et sans même qu'elle esquisse un seul geste, l'instrument s'anima entre ses doigts et vint frapper méthodiquement la tablette. Madeleine vit son prénom se former sur la surface en projetant de petits éclats qui se vaporisaient en touchant le sol.

A suivre...

 

(c) Musefabe 2010

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Fabrice - dans Nouvelles-romans
commenter cet article

commentaires