Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue

  • : Regards
  • Regards
  • : Le titre de ce blog est "regards". Regards sur le monde, regards sur les autres, sur les amis, sur les êtres qui marquent ma vie, sur les laissés pour compte anonymes qui meurent de notre indifférence et ne survivent que de notre regard.
  • Contact

En passant...

ami(e)s ont visité ce blog depuis le 16 Juillet 2006 ! Merci à tous de passer me voir de temps en temps :-) !
12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 08:06

Gilles fume sa cigarette sur le trottoir. Il fait bien frisquet ce matin, boulevard de Courcelles. Sous le ciel gris, la bouche de métro éjecte par intervalles un contingent de citoyens pressés dont certains s'arrêtent au kiosque pour acheter le journal. Gille est serveur à la brasserie. Il porte  cravate et tablier blanc. Il a une bonne bouille de garçon à l'ancienne, avec plein de cheveux gris domestiqués au Petrol Hahn et une moitié de barbiche qui lui zèbre le menton. A la main, son accessoire de fonction, un plateau rond sur lequel s'ordonnent les tasses, les carafes, les croissants un peu mous, l'addition redoutée qui indique, sous le nom de l'établissement "Depuis 1884" en lettres italiques avec pleins et déliés. A bien regarder Gilles et le naturel fascinant avec lequel il évolue dans la salle, on a l'impression qu'il travaille là depuis l'origine, Bien sûr, le col de sa chemise est bien un peu froissé, ses yeux se fatiguent plus souvent sous les lunettes à monture métallique mais il continue de sourire en apportant ses boissons sur les tables des types en costard qui discutent ferme de trucs vachement importants. En fait, pendant 12 ans, Gilles a travaillé chez Emmaüs et il a bourlingué à travers l'Europe pour aller remonter des communautés en crise ou en déshérence. C'est vous dire s'il en a rencontrés, des types bien détruits par les séparations, l'alcool, la drogue... des gars usés par la rue comme cet ancien pilote d'hélico anglais qui n'osait plus rentrer chez lui alors qu'il en crevait, de ne pas revoir ses filles. Gilles est rentré en France il y a un an et demi, et il a trouvé ce boulot. On voit bien à son regard qu'il a l'habitude d'écouter les autres, qu'il a pour l'autre cette attention dont le manque fait tant de mal. Et pourtant, ce n'est pas compliqué, il suffit de s'arréter, de regarder et de sourire.

 

(c) Musefabe 2010 

Partager cet article

Repost 0

commentaires