Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue

  • : Regards
  • Regards
  • : Le titre de ce blog est "regards". Regards sur le monde, regards sur les autres, sur les amis, sur les êtres qui marquent ma vie, sur les laissés pour compte anonymes qui meurent de notre indifférence et ne survivent que de notre regard.
  • Contact

En passant...

ami(e)s ont visité ce blog depuis le 16 Juillet 2006 ! Merci à tous de passer me voir de temps en temps :-) !
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 23:18

La porte du salon ayant été finalement repeinte en gris souris afin de trancher avec les murs couleur emmental mou, Clamestre alla dans sa chambre pour faire sa valise. Pendant ce temps, Bleuride était au téléphone avec les South African Airways et engageait leurs maigres économies dans un billet aller pour Londres. Pour le retour, il serait toujours temps de voir venir.

Le moule de la tête d'Engels avait été soigneusement empaqueté, ainsi que le buste de Lénine rafistolé par Bleuride.

Clamestre revint dans la salle à manger en tirant un bagage à roulettes qui semblait peser une tonne.

- Qu'as-tu mis là-dedans? demanda Bleuride

- Quelques affaires, des bricoles, rien de plus

- Mais c'est lourd comme un âne mort!

- En effet, c'est exactement ça. J'ai eu un mal fou à en trouver, surtout les morceaux de choix. En plus du bide, j'ai dû me contenter des oreilles et des quatre sabots.

Bleuride eut un léger mouvement de recul cependant que Clamestre insérait au jugé les deux colis dans la valise.

Puis ce fut le temps des adieux.

Sous les yeux humides de Mazarin qui finissait de ronger un fémur de lémurien, les deux amies se jetèrent dans les bras l'une de l'autre.

- Sois prudente, fit Bleuride

- Oui, répliqua Clamestre.

- Et n'ouvre à personne.

- Oh, tu sais, dans l'avion, je ne vois pas ce que je pourrais ouvrir.

- Ben, ta g...

- Ah! C'est gentil...

Bleuride eut un léger rictus

- Ménon grande bête, c'était pour rire. Quand même, fais attention aux personnes que tu ne connais pas et qui s'intéressent à toi.

Clamestre se dressa sur ses espadrilles à semelle compensée.

- Tu veux dire que si quelqu'un s'intéresse à moi, c'est forcément suspect?

- Non, je...

- Et que personne ne peut être attiré par ce que je suis, tout simplement?

- Si, mais...

- Que mon physique est ingrat et que je n'ai pas plus de culture que notre perroquet?

- Non mais...

- Que je vais passer ma vie à jouer les faire valoir dans un appart pourri au bout du monde?

- Si, je...

- Tu me fais beaucoup de peine, Bleuride.

Clamestre coiffa son chapeau de voyage en bismuth alvéolaire et passa le seuil de la porte. Elle se ravisa et, se retournant, elle lança:

- Prends soin de toi quand même.

Puis elle disparut dans la foule.

Bleuride écrasa un scolopendre de son pied gauche et une larme de son index droit. Elle ne savait pas que c'était la dernière fois qu'elle voyait Clamestre avant longtemps.

 

(c) Musefabe 2012.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fabrice - dans Nouvelles-romans
commenter cet article

commentaires