Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue

  • : Regards
  • Regards
  • : Le titre de ce blog est "regards". Regards sur le monde, regards sur les autres, sur les amis, sur les êtres qui marquent ma vie, sur les laissés pour compte anonymes qui meurent de notre indifférence et ne survivent que de notre regard.
  • Contact

En passant...

ami(e)s ont visité ce blog depuis le 16 Juillet 2006 ! Merci à tous de passer me voir de temps en temps :-) !
18 août 2011 4 18 /08 /août /2011 22:56

Le soir venu, Rodavlas se présenta à la porte de l'appartement 18 bloc C 4 ème étage. Il avait misé sur une élégance de bon aloi, et portait un costume prince de Galles bleu iroquois doublé d'une rapière garance en organza. Ses chaussures à talon renforcé avaient été finement taillées dans une chambre à air de tracteur, ce qui, outre le confort mou du caoutchouc, leur conférait une étanchéité absolue. A son annulaire, le jeune homme avait enfilé une chevalière de la table ronde qui n'avait pas dit non, et à l'auriculaire de sa main droite pendait négligemment une plume de condor nécrophage. Rodavlas avait en outre apporté un soin tout particulier à sa coiffure, après avoir passé 3 heures à sculpter sur les cheveux de sa nuque le visage d'un moine trappiste inconnu. Pour ce faire, Il n'était pas peu fier d'avoir pu tenir la tondeuse (sabot de 4) d'une main et un rétroviseur de Simca 1000 de l'autre.

Ce fut Clamestre qui lui ouvrit.

- Bonsouaarrre.... fit-elle en laissant glisser les syllabes comme des savonettes andalouses.

Rodavlas s'inclina tout en faisant demi-tour pour que Clamestre remarque le moine nucal, puis, il dit:

- Bonsoir... désolé de vous tourner le dos.

A la vue de la sculpture caplillaire, Clamestre s'exclama:

- Il s'agit du chateau de Neuschwanstein, n'est-ce-pas?

- Pas tout à fait mais il y a de ça. C'est en fait un religieux dont j'ai découpé la photo dans un magazine de travestis kazakhs.

Clamestre fit une petite moue puis, sans qu'elle puisse se l'expliquer, eut soudainement envie d'une tarte à la rhubarbe.

- Vas tu laisser notre invité sur le pas de la porte? Bleuride apparut soudain dans l'embrasure de la porte de la cuisine en faisant des moulinets gracieux avec une louche percée.

- Bien sûr que non, fit Clamestre. Dès que Monsieur se sera retourné, il sera face à la porte et pourra entrer normalement.

Afin que Bleuride pût également contempler l'originalité de sa coiffure, Rodavlas prit plutôt le parti de pénétrer dans l'appartement à reculons, non sans avoir renversé un buste de Lénine de la nouvelle collection et marché sur la queue de Mazarin, un croisé pincher-berger briard, qui hurla aussitôt sa réprobation.

- C'est le torse de Louis II de Bavière, n'est-ce-pas? Bleuride n'avait pas ses lunettes, qui étaient dans son sac, comme toutes les lunettes des femmes qui en ont besoin.

- Non.

- Bon, et bien à table. Vous continuez à reculer ou je vous retourne pour que vous passiez la marche avant?

Rodavlas reprit la direction de ses oreilles et s'installa à table. C'etait un modeste meuble en formica et aux pieds en inox (la table, pas Rodavlas). Bleuride avait disposé dessus un petit photophore qui représentait le phare de Paphos au moment du siège de Missolonghi par les Turcs.

Les deux jeunes femmes s'assirent de part et d'autre de Rodavlas.

 

(c) Musefabe 2011

Partager cet article

Repost 0
Published by Fabrice - dans Nouvelles-romans
commenter cet article

commentaires