Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue

  • : Regards
  • Regards
  • : Le titre de ce blog est "regards". Regards sur le monde, regards sur les autres, sur les amis, sur les êtres qui marquent ma vie, sur les laissés pour compte anonymes qui meurent de notre indifférence et ne survivent que de notre regard.
  • Contact

En passant...

ami(e)s ont visité ce blog depuis le 16 Juillet 2006 ! Merci à tous de passer me voir de temps en temps :-) !
18 août 2011 4 18 /08 /août /2011 10:08

Au même instant où un camion rempli de branches de rhubarbe freinait violemment sur une route du Kazakhstan, Clamestre remarqua la présence de Rodavlas.

- Bonjour jeune homme, enfin, je crois...

- Je ne sais pas très bien moi-même, fit Rodavlas.Si j'en juge par l'état de mes organes, dont le fonctionnement est somme toute satisfaisant, ainsi que par la quasi-absence de rides sur mes rotules, je pense que je suis encore vert.

Clasmestre détaillait à présent le physique de Rodavlas comme un entomologiste dissèquerait une drosophile.

Bleuride sentit comme une pointe de jalousie lui titiller les neurones.

- Bien, fit-elle, on ne va pas y passer la nuit. J'ai encore mille choses à faire.

Clamestre finissait son inspection.

- Monsieur restera peut-être pour dîner, s'il n'a pas d'autres obligations et... oh mon dieu!

Elle avait remarqué l'énorme auréole marron qui décorait le postérieur de Rodavlas.

- Ce n'est pas ce que vous croyez, fit le jeune homme de plus en plus géné...

- C'est du chocolat, renchérit Bleuride.

Un escouade de miliciens s'affairait autour du camion dont une partie du chargement jonchait à présent la route entre Alma-Ata et Astana. Les roues avaient patiné dans la rhubarbe et des enfants surgis des villages alentour se battaient pour récupérer un peu de compote.

Clamestre rangea ses grenades dans une armoire et se posa sur un fauteuil.

- Comment s'est passé l'après-midi? demanda timidement Bleuride.

- Ne m'en parle pas! fit Clamestre

- Comment veux tu que je t'en parle. C'est toi qui était dans la laiterie.

- C'est vrai! fit Clamestre en gloussant. La plupart des grenades a bien fonctionné. L'une d'elles a même explosé dans une citerne de crème fraiche. 

- Bigre! fit Rodavlas en essayant de faire oublier sa détresse chocolo-tissulaire.

- Alors, restez-vous dîner? demanda Bleuride.

Le chauffeur, sonné, essayait de récupérer sa cargaison au moyen d'un aspirateur rudimentaire qui suçait les débris de rhubarbe avec un bruit dégoutant.

- Kömektesiñiz! faisait -il en essayant d'éloigner la marmaille.

- Avec plaisir! Le temps de changer de tenue.

Rodavlas calculait le temps qu'il mettrait à rentrer chez lui et à retourner chez les deux amies.

 

(c) Musefabe 2011

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Fabrice - dans Nouvelles-romans
commenter cet article

commentaires